Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ornithobison Le citoyen a plus de pouvoir que ce qu'il ne pense ! Liberté, Dignité et Justice ne seront jamais des options.

ecolo !

Ballade

Fred Bison
Ballade
Ballade

On ne peut pas dire que l'actu donne envie de s'épancher... Les déboires consécutifs aux errements horizontaux du favori de la Gauche à la course à l'échalote présidentielle ne motivent pas les connexions neuronales et lassent plus qu'ils n'excitent la curiosité... Alors en attendant, voici une petite ballade florale pour vous aérer les esprits ankylosés par l'arrosage céleste en berne...

Matou m'a tué

Fred Bison
Matou m'a tué
Matou m'a tué

Que d'émois lorsque l'on se laisse aller à dénigrer cet animal de compagnie tellement apprécié par nombre de nos contemporains qu'est ce représentant dégénéré de la gens féline dénommé Chat de compagnie dont les représentants s'étendent depuis le Gouttière le pus pouilleux jusqu'au rarissime Turc de Van. Pour les panégyriques félins, les aficionados affirmés pourront s'adonner à la lecture abondante et pro-fusionnelle (sic !) disponible sur le marché... Et pourtant, non contents d'être inutiles ou à tout le moins tout juste bons à bouffer des croquettes, quand ce ne sont pas des pâtées hors de...

Aération dominicale

Fred Bison
Aération dominicale
Aération dominicale

Météo France annonce 2°, mais il doit bien friser les 5-6°C en ce dimanche après-midi. Le vent, qui cavale allègrement à 50 km/h, met de l'ambiance dans les branchages, ces derniers, martyrisés par le zéphyr d'ouest, émettent des sons, couinements, frottements qui ponctuent cette ballade dominicale et occultent tout autre bruit à l'exception des petits sons discrets et aigus qu'émettent les passereaux en goguette. La Loire a suivi un petit régime après avoir enflé à 1 600 m3/s avant les fêtes, mais celui-ci n'a pas encore porté ses fruits, et elle vient allègrement lécher les rives obligeant maître...

Et cocon

Fred Bison
Et cocon
Et cocon

Trop feignant pour écrire, alors comme d'hab', rincez vous les mirettes avec la star des falaises maritimes. Plus trop visible par chez nous car réchauffement climatique, surpêche et marées noires à gogo aidant, le clown monastique n'est guère plus qu'un pâle souvenir que quelques individus maigrelets tentent de raviver quelque part au large de St Brieuc... De toute façon, la Nature et la Biodiversité tout le monde s'en fout, ça ne sert à rien. Si ce n'est donner l'impression d'exister à quelques abrutis idéalistes. Passionnés inutiles et parasites de la finance publique qui croient qu'ils font...

Où les faits nous mènent !

Fred Bison
Où les faits nous mènent !
Où les faits nous mènent !

Il y a quelques temps, sur une radio publique à vocation généraliste, s'exprimait un certain scientifique politique, grand dégraisseur de mammouths devant l'Eternel... S'il était invité, en ces émissions matutinales, c'est qu'il a commis quelque opuscule dont l'objet est de faire entendre aux foules, qui ne demandent d'ailleurs que ça, que l'évolution du climat de notre grande maison Terre n'est pas celle que les catastrophistes de tout poil, réunis au sein du GIEC, veulent tenter de nous faire croire !!! Le propos n'est point de commenter le scientisme forcené de l'individu, les ondes sont pleines...

Bouquiner au crépuscule

Fred Bison
Bouquiner au crépuscule
Bouquiner au crépuscule

19H et quelques poussières comme celles que charrie l'air tiède de ce soir de mars. A l'heure où les braves gens rentrent chez eux, la terre de Beauce, rudoyée par le passage de lourds tracteurs, martyrise à son tour l'abdomen et le torse de votre serviteur. A l'horizon, soit quelques encablures de blés en pousse, l'orée du petit boisement laisse échapper quelques cousins du Bugs Bunny, la gouaille en moins mais l'appétit tout aussi féroce. Si l'espoir d'apercevoir quelque Goupil en maraude m'avait un instant effleuré, à tout le moins assez pour motiver cette sortie crépusculaire, le désenchantement...

Essentiel...

Fred Bison
Essentiel...
Essentiel...

Il paraît que les Blogs ne sont plus à la mode, il paraît.... En effet, le top du top de la communication dématérialisée c'est Face de Bouc ou Twitter, les dits Réseaux Sociaux grâce auxquels vous vous faites plein d'amis avec qui vous partagez des choses essentielles, des moments d'intense communication, avec qui vous reconstruisez des liens forts et indéfectibles alors que vous vous étiez découverts puis perdus depuis ce jour où vous êtes allés de concert vous soulager de quelques pressions intempestives dans un réceptacle de faïence Jacob Delafon sis au fond du porche de cette obscure maternelle...

Bidon !

Fred Bison
Bidon !
Bidon !

Il y a quelques années de cela, une ministre de l'écologie à cheveux blonds permanentés façon choucroute molle a annoncé fièrement, le sourire satisfait sur ses lèvres ministérielles, que 2010 serait l'année de l'arrêt de l'érosion de la Biodiversité en Europe ! Vu d'un salon cosy du Ministère de l'Ecologie, fièrement posée face à un parterre de journalistes captivés, ça fleurait bon le grand projet étatique réaliste propre à faire sonner les trompettes de la renommée dans un grand élan d'enthousiasme énarchique naïf et candide ! J'ai donc le plaisir de vous annoncer comme un scoop, avant même...

Chronique BD

Fred Bison
Chronique BD
Chronique BD

A ma gauche, le Fils. Scientifique qui vit quelque part au Groënland, chez les Inuits, pour étudier le changement climatique et pour fuir visiblement ses montagnes transfrontalières avec l'Espagne où vivent, à ma gauche, le Père et la Soeur vu que la Mère vient de rejoindre la voute étoilée. Ils vivent dans une ferme quelque part dans la montagne à la sauce Béarnaise, le Père et la Soeur. Le Père est l'homme qui avu l'ours, ursidé bonhomme lui-même et la frangine est une sorte de garçon manqué qui garde les canards, gave les moutons et tond les oies !!! A la faveur d'un voyage du Père qui quitte...

Des Pois, Des Mesures !!!

Fred Bison
Des Pois, Des Mesures !!!
Des Pois, Des Mesures !!!

Je suis ridé et verdâtre, des doigts gourds et malhabiles m'attrapent et m'extraient avec ménagement mais sans grande délicatesse de l'emballage en papier d'alu opaque qui me maintenait jusque là enfermé, sans voir la lumière, pour ne pas que je m'exprime trop vite ! Je sens maintenant la pression de ces doigts qui me poussent férocement dans une gangue noire, grumeleuse et humide et je me retrouve maintenant de nouveau dans un environnement sans lumière. Je suis soudain baigné dans une ambiance humide par des rigoles diluviennes qui coulent par tous les espaces de ma prison terreuse ! Et là, peu...

1 2 3 > >>